Études politiques sur le pénal – ÉPoPé

En France comme ailleurs, les institutions pénales (police, justice et prison) sont devenues un objet d’analyse stimulant de multiples recherches empiriques au croisement entre plusieurs traditions disciplinaires (sociologie, histoire, psychologie, science politique, droit, etc.). Si cette prolifération de travaux représente un enrichissement, elle ne manque de poser plusieurs questions du point de vue de la science politique, que notre groupe de projets AFSP propose d’articuler.

Les institutions pénales apparaissent souvent comme un objet relativement marginal de la science politique, au sens où elles sont avant tout interrogées à partir d’une approche de sociologie du travail, des organisations, du droit, mais moins souvent dans un questionnement de sociologie politique. Le « politique » (en tant que politiques publiques, compétition politique ou espace politique) peut se voir alors dissous dans des approches ne lui accordant qu’une place secondaire ou implicite. Un tel risque est renforcé par le fait que les auteurs de sociologie politique, et plus largement de science politique, sont parfois conduits à délaisser ce champ d’étude. C’est une situation de ce type que l’on trouve dans de nombreux pays (Grande Bretagne, Etats-Unis, mais aussi Belgique ou Suisse), où l’importance des travaux en criminologie a entraîné une redéfinition des objets d’études respectifs, les « politistes » ne s’occupant que marginalement des questions pénales.
Une seconde limite des recherches actuelles sur les institutions pénales réside dans la forte segmentation des objets d’étude : police, prison, justice, sécurité locale, etc. Si cette segmentation se comprend dans une logique pragmatique de division du travail scientifique, elle conduit implicitement à cloisonner les questionnements à des réflexions mono-institutionnelles, aux dépens d’une approche plus large portant sur les transformations de l’Etat et sur les modes de régulation politique. Or, promouvoir des échanges entre ces domaines de spécialité favorise une réflexion plus globale sur les recompositions de l’Etat (entre social et pénal, entre logique webérienne et néo-managérialisation, etc.), permettant d’interroger plus spécifiquement les ressorts de l’État pénal.
Pour répondre à ces enjeux, notre groupe défend trois convictions. D’abord, si ces questions doivent être abordées selon une logique multidisciplinaire (dans un dialogue notamment avec le droit, l’histoire, la sociologie et, hors de France, la criminologie), les approches de sociologie politique doivent se situer au cœur de ces questionnements. Ensuite, la réflexion doit être résolument comparée et internationale : ce groupe de projet s’appuiera à la fois sur des travaux ayant placé la comparaison au centre de leurs préoccupations de recherche et sur des mises en réseau d’acteurs travaillant dans des institutions de recherche francophones et au-delà. Enfin, aborder les recompositions de la pénalité exige d’établir des passerelles et liens scientifiques entre les sous-spécialisations thématiques pour proposer des théorisations plus générales.